Vérités  sur  l'Algérie...

                                        ...d'avant 1962.




                    " Peut-être que votre professeur d’économie vous a enseigné que la pauvreté du Tiers-Monde est l’héritage de la colonisation. Quel non-sens ! Le Canada a été une colonie,
                   comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande ou Hong-Kong. En fait le pays le plus riche du monde, les Etats-Unis, fut jadis une colonie. Par contraste, l’Ethiopie, le Liberia, le Tibet,
                    le Sikkim, le Népal et le Bhoutan ne furent jamais colonisés et pourtant ils abritent les populations les plus pauvres du monde…
 » 
                     
Walter William -  Africain Américain  Professeur d'économie à l'Universitée de Virginie (Etats Unis)






 

 
                                                  L'AGRICULTURE


La mise en valeur intensive de la terre algérienne, unanimement considéré comme une prouesse, a été accomplie longtemps par les seuls européens auxquels elle a coûté une somme immense de labeur et de ruines, de souffrances et de vies humaines. Durant la première moitié de la période française les indigènes n'y ont guère participé se maintenant à leurs cultures traditionnelles de subsistance.
Leur nombre augmentant, leur seule ressource, faute d'un développement industriel, a été de s'associer progressivement à l'essor agricole.
En 1954 les indigènes possédaient environ 10 millions d'hectares dont 4.250.000 arables, un peu moins de la moitié, les européens 2.750.000 et les sols en moyenne les plus riches.
A ceux qui se scandaliseraient de cette  disproportion, il faut rappeler que les terres les plus fertiles des européens avaient été arrachées par eux au maquis ou aux marécages et qu'ils avaient, dans les steppes, élargi leur domaine sur des étendues jusque là à demi stériles.

Donc ces terres riches l'ont été grâce au travail acharnés des européens.


                          Grand domaine
                                    A la place des marécages, de grands domaines fruit du travail des colons 
                                                         
                                                                                        

Source: Cours de Géographie Demangeon Classe de 1ère - Hachette.
 "En 1954, les colons possédaient en Algérie exactement 20% des terres réellement exploitées, soit même pas 15% des terres exploitables. La plupart de ces terres étaient insalubres avant l'arrivée des français.

Ces terres n'ont donc été volées à personnes. Soit elles ont été gagnées sur la brousse par irrigation (plaines du Chélif et Oranie) soit sur des marais insalubres par drainage (Mitidja et plaine de Bône)"


"La mise en valeur de la Mitidja, ou plaine d'Alger, est la plus belle réussite de la colonisation française en Afrique du Nord. Fertile, grâce à ses sols profonds, mais marécageuse et infectée jadis par la malaria, elle a été drainée et assainie, grâce à un labeur opiniâtre. Orangeraies, champs de tabac, et surtout champs de blé, vignobles et primeurs y sont l'objet des plus modernes méthodes. Au Sud, de beaux vergers d'orangers, de citronniers et d'amandiers entourent la ville de Blida..."

 
            Cheragas 
                      Cheragas, village du Sahel, tout n'est pas sortis de terre miraculeusement....


                                                                                          *******          
 L'enseignement agricole supérieur.   

Inexistant en 1830, l'enseignement agricole en Algérie, ne prit son essor qu'en 1881 avec la création de l'école pratique d'agriculture de Rouïba. En 1905, le docteur L.Trabut et R.Mares créeront l'Ecole d'Agriculture Algérienneà Maison Carrée, sur le plateau de Belfort. 
Le docteur L.Trabut et M.Lejault assurant l'enseignement de la botanique, J.Foussat la technologie, J.Chrestian la chimie générale. 
Les autres matières étant assurées par des ingénieurs agricoles venus de France.

En 1914, lorsque par suite de la mobilisation de ses professeurs, l'école a dû fermer ses portes, elle avait dispensé son enseignement à plus de 120 élèves.

Avec sa réouverture en 1919, Pierre Chervin Ingénieur Agricole, réorganisa l'enseignement, releva le niveau du concours d'entrée, créa de nouvelles chaires, agrandit les bâtiments d'internat et construisit des laboratoires.

L'établissement devint par arrété du Gouverneur général du 28 février 1921, l'Institut Agricole d'Algérie, qui permettait de délivrer le diplôme d'Ingénieur de l'Institut Agricole d'Algérie.

La loi du 22 mai 1946 assimile l'Institut Agricole aux Ecoles Nationales d'Agriculture de la Métropole en sanctionnant les études par l'attribution du diplôme d'Ingénieur Agricole. 

En 1961 nait l'Ecole Nationale Supérieure Agronomique d'Alger, appelée à délivrer le diplôme d'Ingénieur Agronome.

Evolution de l'école agricole:
    1882 - 1905  Ecole pratique d'agriculture à Rouïba.
    1905 - 1920  Ecole d'agriculture Algérienne (diplôme de l'école).
    1920 - 1946  Institut Agricole d'Algérie (diplôme d'ingénieur Agricole).
    1946 - 1961  Ecole Nationale d'Agricukture (diplôme d'ingénieur Agricole).
         1961       Ecole Nationale Supérieure Agronomique d'Alger (diplôme d'ingénieur Agronome).

L'école a assuré la formation de 123 diplômés de l'Ecole d'Agriculture Algérienne, 1340 ingénieurs, 267 diplômés de l'Institut Agricole.
Les locaux indispensables à l'enseignement, comprenaient plusieurs amphithéatres, dont le plus vaste, pouvait recevoir 300 personnes, dotés des derniers perfectionnements audio-visuels. 

Une bibliothèque générale de plus de 20.000 ouvrages (10.000 autres existant dans les laboratoires) et recevait plus de 400 revues ou périodiques Français ou étrangers.
Le bâtiment de la chaire d'économie rurale abritait le Laboratoire de Recherches Economiques et Sociologiques Appliquées à l'Agriculture Algérienne.
A proximité de cet ensemble, une cité universitaire de 1.000 chambres.

L'enseignement agricole du second degré. 

    L'école d'agriculture de Philippeville.
Créée à Philippeville par arrété de M.le Gouverneur Général de l'Algérie, le 5 avril 1900, l'école d'agriculture a pour but la préparation des chefs d'exploitation, fermiers ou régisseurs, afin de maitriser les méthodes culturales dans le bassin Méditerranéen.
L'école était un centre d'expérimentation et de recherches agricole. On lui doit la création de deux variétés hybrides de blé, l'EAP 63A qui couvre la quasi totalité des superficies cultivées en blé tendre en Tunisie et un blé dur le U29, adapté par le Maroc.

                                             philippeville ecole agriculture
                                                     L'école d'Agriculture de Philippeville.


    L'école d'agriculture de Sidi Bel Abbès.
L'école d'agriculture de Sidi Bel Abbès fondée en 1930 se situe sur une exploitation de 100 ha. L'école exploite également le "communal" d'une superficie de 46 ha, situé à 8 km de l'école.
Sur cette exploitation on trouve de la vigne sur 25 ha, des céréales et fourrages ainsi que le maraichage sur 4 ha, des olives avec 500 arbres.

Plusieurs élevages y sont plus ou moins développés: apiculture, cuniculiculture, aviculture, élevage porcin, ovin et bovin.

                                                  ecole sidi bel abbès
                                                                              L'école d'Agriculture de Sidi Bel Abbès.                                                                             


    La ferme école d'Aïn Témouchent.
Créée en 1929, la ferme école d'Aïn Témouchent est située à 2 km de la ville. La superficie du domaine était de 120 ha, dont 25 ha en vignes (Carignan, Cinsaut, Grenache, Alicante-Bouschet) plus un vignoble de 2 ha comprenant une variété des plus complètes d'Algérie.
La production viticole se situait entre 1.250 et 1.400 hl par an.


                                                  école an temouchent
                                                        L'école  d'Agriculture d'Aïn-Témouchent.

    L'école d'agriculture de Guelma.
           1913 le président de la Chambre d'Agriculture de Constantine demande l'organisation de stations expérimentales qui faisaient défaut en Algérie.
           1919  établissement d'un programme de création d'une station expérimentale.
           1922  la station expérimentale située à l'est de Guelma se transforme en ferme école expérimentale indigène et des bâtiments sont construits pour une trentaine d'élèves internes.
           1947  la ferme école expérimentale destinée à la formation des fils de fellahs et d'ouvriers agricoles qualifiés devient école d'agriculture ouvertes à tous.

                                                guelma ecole agriculture
                                                      L'école d'Agriculture de Guelma.

    Ecole d'horticulture du Jardin d'Essai du Hamma à Alger 
Créé en 1918, l'école d'horticulture du Jardin d'Essai d'Alger avait en charge la formation d'ouvriers et de chefs de chantiers dans les diverses spécialités de l'horticulture.


     Jardin d`essai et musée       vue d`ensemble jardin d`essai
                  Jardin d'Essai et Musée National.                                                         Vue d'ensemble du Jardin d'Essai.
   
Les exploitations (source: Algérie, l'oeuvre française de Pierre Goinard)     

                                 
Nombre d'exploitations:   22.037
Moins de 50 ha:               13.017

dont moins de 1 ha:          2.400
      moins de 10 ha:          5.600
        de 10 à 50 ha:          5.017    

De  50 à  100 ha:              2.635
De 100 à 200 ha:              2.586
Plus  de   200 ha:              3.797
 dont plus de 500 ha:           647

"Descendants ou continuateurs des premiers défricheurs, les colons s'abandonnaient rarement à jouïr de la propérité acquise, gardant l'habitude et le goût de perfectionner sinon d'étendre leur domaine sur lequel ils continuaient pour la plupart de résider, même depuis la diffusion de l'automobile. Grâce à la facilité des déplacements un renfort d'agriculteurs, souvent de qualité, provenait de citadins, notamment de professions libérales, en étroite coopération avec un gérant ou un commis.
Quant au grand colon, il préfigurait en réalité l'agriculture industrialisée de notre époque: à la tête d'un vaste domaine mécanisé, doublé de gérants d'une compétence égale à la sienne, il se consacrait de plus en plus aux problèmes de gestion, sans cesser de veiller de trés prés à ses cultures.
Disposant par son crédit d'abondants capitaux, il continuait d'investir dans le pays, voire au Maroc, y créant de nouvelles richesses agricoles. Mais ces "gros colons" demeuraient peu nombreux et leurs fortunes étaient loin d'atteindre celles des "cent familles" métropolitaines; certaines superficies ne doivent pas faire illusion, comprenant des terres à céréales bien moins productives que celles d'Europe. Et beaucoup de ces domaines appartenaient à des sociétés, qui n'étaient pas toutes familiales.


Les salariés

"On a souvent insisté sur l'inégalité des salaires: en 1896 l'ouvrier européen gagnait 3 F par jour, l'indigène 1,50 F et 2 F pour un travail de cave. Elle se justifiait, au moins en partie, à l'époque par les différences de compétence et de rendement. Par ailleurs et pour beaucoup, un gain au-delà de leurs besoins immédiats les incitait à interrompre leur travail: on le vérifia à la dernière guerre lorsque le "marché noir" leur procura quelques ressources suplémentaires. Néanmoins les différences allèrent en s'atténuant et en 1954, sauf exceptions, ils tendaient à s'aligner sur la Métropole.
Il n'est pas niable que çà et là des propriétaires, ou davantage leurs commis ou contremaîtres, surtout d'origine espagnole, plus durs aussi bien pour eux mêmes, se soient comportés vis-à-vis de leurs ouvriers avec rudesse et non sans abus (dont des analogues se rencontraient sous d'autres cieux, y compris d'Europe); comme toujours il convient de ne pas généraliser à partir de cas particuliers et ne point oublier, en revanche, que d'importants colons avaient développé des initiatives sociales dont on trouverait difficilement ailleurs les analogues chez des propriétaires fonciers.

      ramassage des oranges      cueillette des olives
              Ramassage des oranges.  (l'Algérie - Augustin Bernard)                                Cueillette des olives. (l'Algérie - Augustin Bernard)


   Frenda maison agriculture      Ain temouchent maison agriculture
             Frenda.  Maison de l'Agriculture.                                                           Aïn Témouchent.   Maison de l'Agriculture.


    maison agriculture hammam     cave cooperative hammam bou hadjar
             Hammam Bou Hadjar.  Maison de l'Agriculture.                                         Hammam Bou Hadjar.   La Coopérative.

Article paru dans  la "Revue Historique de l'Armée en 1959"

"C
réée en 1936 par le président Gratien Faure la coopérative agricole générale de Constantine est une entreprise d'ampleur la plus importante d'Afrique du Nord, voire même de France Métropolitaine. Ses achats aux Producteurs de Céréales se sont élevés en moyenne pour les dix dernières années à 810.000 quintaux de blé dur, blé tendre et orge d'une valeur de quatre milliards et demi environ.
- 1950 voyait le début de l'extension de la coopérative à de nouvelles branches d'activité avec la réalisation d'une station de semences sélectionnées, disposant d'une installation entièrement indépendante dans les Docks-Silos de Constantine. Cette station est une des plus importantes d'Algérie, elle traite environ 50.000 quintaux de semences chaque année.
- En 1954, la section approvisionnement mettait à la dsposition des agriculteurs tout les produits nécessaires à leur exploitation. Le montant des produits ainsi mis à leur disposition dépasse la somme de 150 millions à l'heure actuelle.
- En 1955, ce fut le tour de la section "travaux agricoles". Elle avait pour but à l'origine de palier aux destructions de matériel agricoles dues aux terrorisme. Depuis 1957, cette section, qui comprend un parc important de tracteurs à roues, tracteurs à chenilles, moissonneuses-batteuses et engins divers est beaucoup plus orientée vers la promotion de l'agriculture traditionnelle.
- La coopérative agricole générale de Constantine après s'être employée en conscience et avec un réel succès à remplir la double mission impartie par le législateur de 1936 aux Organismes Coopératis, organisation du marché et contrôle de la production des céréales, s'attache depuis à l'amélioration des prix de revient et de la productivité, en particulier l'augmentation des rendements de la petite production musulmane."



                                               silos de constantine
                                                     Silos de Constantine

                                               Sidi Bel Abbès. Silos
                                                      Silos de Sidi bel Abbès.
 
Toujours en 1959 (source Revue Historique de l'Armée )
" L'ensemble de la Semoulerie est représentée par la Section Semoulière de la Fédération de la Meunerie et de la Semoulerie Algériennes. Elle groupe 54 semouleries dont la capacité de production par vingt-quatre heures atteint 20.000 quintaux, soit près de 5 millions de quintaux de semoule par an, chiffre dépassant largement les besoins du pays et représentant plus de 40 milliards de francs de chiffres d'affaires.

 
Départements algériens
 
Nombre de
semouleries
Capacitépar
24 heures
é 
ALGER       14 4.500 Qx
CONSTANTINE       14 7.500 Qx
ORAN       26 8.000 Qx
        54 20.000 Qx

Grâce aux blés durs algériens de renommée mondiale et à de prodigieuses réalisations techniques dans le domaine de l'outillage et de la recherche scientifique des blés la semoulerie algérienne a su augmenter considérablement ses débouchées locaux et extérieurs.
En outre, elle dessert les fabriques de pâtes algériennes. Sur le plan extérieur, ses exportations se font exclusivement sur la Métropole. Ses livraisons à l'industrie française des pâtes alimentaires atteignent près de 1.200.000 quintaux par campagne, sur une capacité d'absorption de 3 millions environ de quintaux de semoules. Son outillage et son activité peuvent lui donner une place de choix dans le marché commun.

Datant de 1860, la semoulerie algérienne constitue l'une des plus anciennes et des plus importantes industries du pays et le meilleur exemple des réalisations françaises en Afrique."







à suivre.....en page 2
                                                
 
 
Créer un site
Créer un site