Vérités  sur  l'Algérie...

                                        ...d'avant 1962.




                    " Peut-être que votre professeur d’économie vous a enseigné que la pauvreté du Tiers-Monde est l’héritage de la colonisation. Quel non-sens ! Le Canada a été une colonie,
                   comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande ou Hong-Kong. En fait le pays le plus riche du monde, les Etats-Unis, fut jadis une colonie. Par contraste, l’Ethiopie, le Liberia, le Tibet,
                    le Sikkim, le Népal et le Bhoutan ne furent jamais colonisés et pourtant ils abritent les populations les plus pauvres du monde…
 » 
                     
Walter William -  Africain Américain  Professeur d'économie à l'Universitée de Virginie (Etats Unis)






 






                       AMENAGEMENT  ET  EQUIPEMENT


 Problèmes de l'eau.

En 1937, Mr Lawdermilk, grand technicien américain de l'Hydrologie et des érosions, lors de son séjour en Algérie eut cette réflexion: " Pour ce qui concerne l'hydraulique et surtout les barrages, vous en êtes déjà en l'an 2000."

Le problème majeur pour les neuf dixième du territoire réside en la carence de l'eau. Mais le pays n'est pas à l'abri d'inondations catastrophiques, et parfois dans certaines plaines au retour des marécages.
 
Pendant les dernières années de l'Empire et les premières de la III République, six barrages furent construit, à Tlélat au Sud-Est d'Oran, sur l'oued Mayroum prés d'Arzew, à Cheurfas à Saint Denis du Sig sur l'oued Fergoug, à Meurad et sur le Hamiz pour irriguer les deux extrémités de la Mitidja.

Ce plan de construction fut amplifié en 1920 par la réalisation finale de douze grands barrages-réservoirs, auxquels s'ajouta la dérivation de Charon à l'extémité occidentale de la plaine du Chélif.
Au total ces barrages réservoirs pouvaient contenir 800 millions de m3 ensuite porté à 900. Sur les 160.000 ha rendus irrigables, 50.000 étaient effectivement irrigués en 1962, le but était d'atteindre les 200.000, autant que toutes les cultures  fruitières et maraichères de cette époque.

Le barrage d'oued Fodda était équipé de 474Km de canalisations et 200Km de conduites, celui du Ghrib, sur le Chélif formait un lac de 30.000 ha. Les oranais doivent leur eau potable, jusque là condamnés à une eau salé, au barrage de Béni-Bahdel situé à 120Km d'Oran.

Considéré comme le meilleur des pays Méditerranéen, les Service de l 'Hydraulique s'orientait pour l'avenir vers des ouvrages de petits et moyens volumes. (source: Algérie, l'Oeuvre Française de Pierre Goinard - 1984)


                                    bge de Beni Bahdel
                                                                   Barrage de Béni Bahdel.

                     
     
Barrage.      Hauteur 
  (en mètres)
 Cube emmagasiné
  (millions de m3)
  Périmètre d'irrigation.
      (en hectares)
Oranie      
Béni-Bahdel 54           63             12.000
Oued-Sarno 27           22              5.600
Cheufras 27             6  
Bou-Hanifia 54            73             17.237
Bakhadda 45            37             13.640
Algérois      
Hamiz 45            23             18.470
Ghrib 65           280             37.020
Oued-Fodda 89           225             53.086
Constantinois      
Zardezas 35             11,2               5.000
Foum-el-Gueiss 23              2,5               5.000
Oued-Ksob 32             12              10.000
Foum-el-Gherza 60             47              20.000
               801,70            197.053



  bge de chabet el akra    Bge foum el gherza
             Barrage de Chabet el akra                                                                        Barrage de Foum el Gherza      

                                      


 L'eau étant accumulée dans ces barrages, il s'agit de la distribuer sur les terres en limitant les pertes au maximum. Il faut également drainer les terrains irrigués pour leur conserver toute leur valeur agricole. Dans tous ces domaines, il n'est pas exagéré de dire que l'Algérie est en tête du progrés.
96% des terres algériennes, environ 24 millions d'hectares de surface, n'ont pas le privilège d'être dominés par une importante réserve d'eau.
La défense contre les crues et contre l'érosion, l'alimentation des villes en eau potable sont autant de problèmes à résoudre.
Leur ensemble constitue une tâche extrèmement lourde pour l'Algérie, mais les progrés rapides et substantiels qu'elle manifeste prouvent leur utilité.

Périmètres d'irrigations. 
   ( sources: Algérie aspects des problèmes économiques et sociaux - plaque)tte tirée en 1957)
 

- Le réseau de Saint Denis du Sig alimenté par les barrages du Sarno et des Cheurfas est constitué par des canaux préfabriqués.
Le cube d'eau distribué annuellement est en moyenne de 13,5 millions de m3 qui assurent la mise en valeur de 8.000ha.

- Le périmètre de l'Habra, alimenté par le barrage de Bou-Harifia est dominé par le vieux barrage du Fergoug. Le cube d'eau distribuable annuellement est en moyenne de 100 millions de m3 qui assurent la mise en valeur de 20.000 ha de la riche région de Pérrégaux.

- Le périmètre de la Mina, dominé par le barrage de Bakhadda, englobe 10.000 ha de la riche région de Relizane. Il reçoit en moyenne 50 millions de m3.

- Le périmètre de Bas-Cheliff qui utilise les eaux du Chéliff, comprend 20.000 hadans la région d'Inkermann et Saint Aimé, reçoit en moyenne annuellement 83 millions de m3.

- Le périmètre d'Oued-Fodda alimenté par le barrage de l'oued Fodda, suivi du petit barrage de prises des Portes de Fer et par les eaux du Chéliff dérivées au barrage de Ponteba, est l'une des plus belles réalisations algérienne, dans le domaine de l'hydraulique. Il comprend 20.000 ha auxquels 474 km de canaux et 200 km de conduites amènent en moyenne annuellement 100 millions de m3.

- Le périmètre du Haut Chéliff alimenté par le barrage du Ghrib, il pourra recevoir 140 millions de m3 et englobera 30.000 ha dans la région d'Affreville.

- Le périmètre du Hamiz englobe 15.000 ha de riches terres dans la plaine de la Mitidja. L'adduction distribuée en moyenne annuellement est de 28 millions de m3.



                                         canal irrigation orléansville 
                                             Canal d'irrigation à Orléansville.

Gaz et électricité

Source "Algérie - Aspects des problèmes économiques et sociaux"
En 1957, l'Algérie disposait de:
10 centrales thermiques, parmi lesquelles les grandes centrales modernes d'Oran et de Bône.
- 15 centrales thermiques à moteur diesel exploitées surtout dans les territoires du Sud.
- 25 centrales hydrauliques.

Le pays est traversé d'Est en Ouest par deux et sur certains parcours par trois lignes de très haute tension (150Kv) et par une ligne de haute tension (60Kv) destinée à l'électrification de la ligne de chemin de fer Alger - Constantine.
" Entre 1937 et 1956 la longueur des divers circuits électriques est passée de 12.000 à 20.632 Km. Cet accroissement de longueur a permis d'accélérer l'électrification des régions isolées."

                                                          PRODUCTION  D'ENERGIE  ELECTRIQUE
                                                                                          (en millions de Kw)                                                                                                                                                                                                                       
  1950 1951 1952 1953 1954 1955
Thermique 461,9 480,6 424,2 544,2 469 583,3
Hydraulique 125,4 186,3 280,8 227 344,7 277
Total 587,3 666,9 704,0 771,2 818,7 860,3


L'électrification rurale qui comptait 4.000 Km de lignes (haute et basse tension) en 1939, 5.500 Km en 1948, en comptait 8.173 en 1956. Les lignes ont permis l'électrifiaction de 352 fermes et de 117 centres ou douars entre 1953 et 1956.

Longueur totale des lignes au début de 1956:
- Moyenne tension..........................................................12.845,4 Km.
- Basse tension:.............................................................  5.339,4 Km.
- Très haute tension:......................................................  2.447,8 Km.
                                   Total:........................................ 20.632,6 Km.

Electrification rurale:
        - 1939................................................................. 4.000 Km.
        - 1948................................................................. 5.500 Km.
        - 1952................................................................. 7.000 Km.
        - 1955................................................................. 7.904 Km.
        - 1956................................................................. 8.173 Km.

 

De grandes centrales thermique s'édifèrent sur les quais d'Oran, de Bône puis d'Alger ainsi qu'à Colomb Béchar où était utilisé le charbon de Kénadza.
De 250 millions de kilowatt-heure en 1940 celle-ci passait à 600 en 1950, 1 milliard en 1958 et devait atteindre 3 milliards en 1968.

Pour son transport, une majestueuse ligne d'intercommunication générale à 150.000 volts, la première installée en Afrique, reliait Oran, Alger, Bône avec des ramifications à plus bas voltage branchées sur elle; 21.800 km au total.

                              An Témouchent Usine électricité
                                       Aïn Témouchent - Usine d'Electricité

Routes et voies ferrées.

Routes. Les nombreuses routes construites par les Romains durant les cinq siècles d'occupation du Maghreb ne résistèrent pas à 14 siècles d'occupation des Vandales, des Byzantins, des Arabes et des Turcs.
En 1830 les transports se faisaient à dos d'âne, de mulet ou de chameau. Grâce à l'armée qui s'employa à construire de nombreuses voies de communications le pays comptait 100 ans plus tard, 25.000 km de routes dont 5.000 km de routes
nationales.

 
En 1958, le kilométrage total atteignait 54.000 (80.000 avec les pistes sahariennes) dont 31 routes nationales.
Cinq jusqu'au désert: Alger - Ghardaïa, Philippeville - Touggourt, Bône - Négrine, et celle allant d'Oran, Arzew et Mostaganem à Aïn Séfra et Colomb Béchar.
Quatre transversales, la principale reliant le Maroc à la Tunisie par Tlemcen - Oran - Alger - Constantine.
Des diagonales, Alger - Bou Saada- Biskra, Constantine - Tébessa, Alger - Tiaret, Tiaret - Aflou - Laghouat.

Au Sahara, les pistes principales reliaient, du Nord au Sud, Ghardaïa à In Guezzam par le Hoggar, Colomb Béchar à Tindouf, Atar et au Sénégal, ainsi qu'à Gao par le Tanezrouft, Touggourt à Ouargla et au Tassili, raccordées par des  diagonales.

En 1952 ces routes étaient fréquentées par un parc automobiles de 100.000 véhicules dont 43.000 utilitaires. Les véhicules croisaient de nombreux camions et autocars de plusieurs sociétés, en 1930 , 29 lignes au départ d'Alger, 10 d'Oran 9 de Constantine.

Ces routes à travers un pays rocailleux, à travers les djebels, les vallées, ont entrainé la construction de nombreux tunnels et ponts.



  constantine    Orléansville
              Constantine - Pont Sidi Rached                                                                  Orléansville - Pont du Chéliff  
           
   Relizane   
Pont sur l`oued Riou
          Relizane.  Pont et barrage                                                                                  Pont sur l'Oued Riou


Rajout du 30 mai 2017


L’Algérie Turque n’avait pas une route, pas un pont et naturellement pas une automobile.  La circulation, les déplacements se faisaient à dos de bêtes, à pied, par de vagues sentiers tracés et entretenus par les sabots des chevaux, des ânes et par le passage des pietons.
Au début de 1925, les statistiques comptent 5.351 km de routes nationales. Les premières routes ont été tracées et construites par le Service du Génie Militaire.
En 1930, l’Algérie comptait 25.000 km de routes dont 5.000 km de routes nationales et 20.000 km de routes départementales. Les routes nationales sont constituées par des artères pricipales, notamment celle qui relie la frontière Tunisienne à la frontière Marocaine, et les voies de pénétration qui descendent jusqu’à Biskra et jusqu’à Laghouat.
En 1930, il y avait 50.000 automobile, ce nombre est augmenté annuellement de 5 à 6.000 véhicules. Soit 9 automobiles sur 1.000 habitants (population totale) et de 1 automobile sur 16 habitants si l’on ne considère que la population européenne.
Du fait que le terrain est presque partout accidenté et que de fréquentes pluies d’orages ravinent les chaussées et détériorent les ouvrages d’art, de grosses dépenses ont été engagées pour l’entretien et le développement du réseau routier.
En 1902 et en 1908, les emprunts contractés ont rapporté respectivement 50 millions et 175 millions de francs . Ces budgets stoppés pendant la grande guerre ont été  l’objet de préoccupations du Gouvernement Général qui consacre des sommes importantes. En 1928, plus de 60 millions de francs ont été dépensés, les crédits de 1929 sont d’un montant à peu près égal.


Voies ferrées.  La première ligne fut achevée en 1868, s’ajoutèrent des tronçons Philippeville-Constantine en 1870, Alger-Constantine en 1887. Une ligne Transsaharienne de Nemours à Colomb-Béchar en passant par Oujda, appelée la ligne Méditerranée-Niger, une autre ligne du CFA reliait Oran à Colomb Béchar en passant par Aïn-Sefra.

Au total 4420 km de voies ferrées. En 1954 suppression des loco à vapeur sur les lignes à voies normales remplacées par 76 diesel-électrique, mettant Oran à 5heures d’Alger dans des wagons « Inox » élégants et confortables au nombre de 60. Au total plus de 500 voitures de voyageurs et plus de 10 000 wagons de marchandises.

  

    Micheline         autorail renault. Alger
à        Micheline arrivant de France à Alger.                                                                 Alger.  Autorail  Renault.



                                             Publicité chemin de fer
                                                          Une publicité pour les déplacements en train du CFA.

Rajout du 30 mai 2017


Le premier programme de chemin de fer fut dressé en 1857, il consistait en une voie pricipale parallèle à la mer.
  • La ligne d’Alger à Blida fut ouverte à l’exploitation en 1862.
  • Celle d’Alger à Oran en même temps que la ligne Philippeville à Constantine en 1871.
  • La ligne d’Alger à Constantine fut achevée en 1886.
Un nouveau programme dressé en 1879 fut à peu près réalisé en 1890. Entre 1890 et 1900 on procéda à la réfection des anciennes lignes, en 1907 un nouveau programme de 831 km de lignes nouvelles fut dressé. L’exécution de ce programme, retardé par la guerre européenne est pratiquement achevé en 1931, à l’exception de la ligne la plus coûteuse, celle de Constantine à Djidjelli, ne sera exploitée qu’en 1932.
En 1931, la longueur totale des lignes de chemin de fer en exploitation est de 4789 km.  La plus grande partie du réseau est à voie large de 1,44m, le reste du réseau étant à voie étroite de 1,055m.
L a construction des chemin de fer algériens a coûté un milliard et demi et deux autres milliards pour l’exécution du projet de 1920.
« De la ligne d’Alger à Oran se détache à Blida une ligne qui s’avance dans l’intérieur jusqu’à Djelfa, à Orléansville s’embranche la ligne de Ténès ; à Relzane, la ligne de Mostaganem à Tiaret-Trumelet ; à Prrégaux, la ligne d’Oran-Arzew à Colomb-Béchar, Kénadsa, qui s’avance dans le Sud à 770 km d’Oran.
De Sainte Barbe du Tlélat part la ligne d’Oran à Tlemcen et à la frontière marocaine avec embranchements à Bel Abbès sur Mascara, à Tabia sur Ras-el-ma-Crampel, à Tlemcen sur Béni-Saf,
D’Oran, une autre ligne gagne Aïn-Témouchent, Dansl’Algérie orientale, sur la ligne d’Alger à la frontière tunisienne, se greffent : à Ménerville, la ligne de Tizi-Ouzou ; à Bouïra, celle d’Aumale ; à Bni-Mansour, celle de Bougie ; à El-Guerrah, celle de Biskra et Touggourt, qui pénètre à 545 km de la mer ; à Ouled-Rahmoun, la ligne d’Aïn-Beïda/Tébessa, avec embranchement sur Khenchela ; au Khroub, la ligne de Constantine-Philippeville ; à Duvivier, la ligne de Bône ; à Souk-Ahras, celle de Tébessa.
Au sud de la grande artère parallèle à la côte est amorcée une                deuxième rocade partant de Bl-Abbès, passant par Mascara et Tiaret, et qui pourra être prolongée sur Bghari et Aumale ; dans le département de Constantine, cette deuxième rocade est constituée par la ligne d’Ouled-Rahmoun à Tébessa. »

                                                      orléansville - la gare
                                                             Orléansville -  La gare


à suivre...... 

 
 
 
Créer un site
Créer un site