Vérités  sur  l'Algérie...

                                        ...d'avant 1962.




                    " Peut-être que votre professeur d’économie vous a enseigné que la pauvreté du Tiers-Monde est l’héritage de la colonisation. Quel non-sens ! Le Canada a été une colonie,
                   comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande ou Hong-Kong. En fait le pays le plus riche du monde, les Etats-Unis, fut jadis une colonie. Par contraste, l’Ethiopie, le Liberia, le Tibet,
                    le Sikkim, le Népal et le Bhoutan ne furent jamais colonisés et pourtant ils abritent les populations les plus pauvres du monde…
 » 
                     
Walter William -  Africain Américain  Professeur d'économie à l'Universitée de Virginie (Etats Unis)






 


                                                                    MISE  EN  VALEUR 

    Industries traitant les produits du sol.

   Les produits de l'agriculture suivants étaient traités sur place.
       - soixante meuneries, principalement à Alger, Oran, Sétif, Constantine, Blida, outre les farines, 500.000 quintaux de semoule,           330.000 de pâtes, 125.000 de couscous.
      - vins, alcool jus de fruits, 20 distilleries d'alcool, 5 fabriques de vinaigre, 9 d'apérifs (Phénix, Anis Gras, Cristal).
        54 entreprises de boissons gazeuses (1 million d'hectolitres par an), 70.000 hectos de jus de fruits (Sojufruit, Orangina à                Boufarik, Sicador à Perregaux).


                                                           Les vendanges
                                                                   Les vendanges

      - une usine frigorifique à Maison-Carrée, des fabriques de bières à Hussein-Dey, d'eau gazeuse à Alger, de glace à rafraichir à            Hussein-Dey.
      - fruits et légumes, 7 conserveries (16.000 tonnes) confitureries  industrielles comme à Relizane et Blida -

        Alcool de betteraves à Malakof et à Mercier-Lacombe et dans ce même village une sucrerie d'une capacité de 5.000 tonnes             annuelles.
      - huiles, on compte 250 huileries européennes pour un effectif de 1500 ouvriers, en Kabylie surtout, huileries et raffineries                traitant aussi 90.000 tonnes de grignons, une grande usine Lesieur, sur les quais d'Alger, pour les graines oléagineuss                      exotiques et locales, 2 savonneries (16.000 tonnes par an).
      - 8 usines employant un millier d'ouvriers préparent les sardines à l'huile et à la sauce tomate. Les ateliers de salaison                      emploient également un millier d'ouvriers.
      - secteur alimentaire, 3 unités modernes livrant 4.000 pots de yaourt par heure, 10 usines de torréfaction du café, 9                        chocolateries, 30 confiseries, 25 fabriques de glace en barre avant l'arrivée des appareils frigorifiques.
      - tabac, 14 manufactures avec 5.000 emplois à Oran, Alger, Mostaganem, Constantine. Consommation locale en 1960, 7960              tonnes de cigarettes, 70 de cigares, 800 de tabac à fumer et 142 à priser.
     - filature et tissage, 2 usines en Oranie pour la laine et plusieurs autres dans le pays pour le coton. La plus importante à                   Maison- Carrée (2 millions de mètres par an).
       La tannerie est représentée par 54 établissements et 500 ouvriers.
       La maroquinerie et la fabrication des chaussures emploient 500 ouvriers.
     - liège, 8 bouchonneries plus des fabriques d'agglomérés représentant 2.500 ouvriers.
       En 1930 il a été exporté 14.000 tonnes de liège mâle, 7.000 tonnes de débris et déchets, 11.000 tonnes de liège en planche           et 1.500 tonnes de liège ouvré. La presque totalité est expédié aux Etats-Unis, la France achète surtout du liège ouvré.


       Minoteries à Maison Carrée    Industrie des pâtes
           Minoteries à Maison-Carrée.                                                                     Industrie des pâtes - séchage d'une semoulerie.


   Rajout 30 mai 2017
   En 1901, le nombre des établissements industriels était de 10.327 et le nombre des ouvriers de l’industrie était de 42.928. En 1924 le nombre d’établissements industriels était de 20.540 avec un nombre d’ouvriers de 110.230.
   La  plupart des industries tournent autour de la production agricole, industrie des vins en tête, industrie importante du crin végétal, industrie importante du tabac et des allumettes, parce que l’Algérie, totalement libérée de la Régie Française, a la libre fabrication.
  Ces industries sont largement exportatrices :
   En 1930 :   6.000.000 d’hectolitres de vins                                                                                                                                                  60.000 tonnes de crinvégétal                                                                                                                          
                    8.000 quintaux d’allumettes exporter vers le Maroc.                                                                                    
                    50.000 quintaux de tabac fabriqué et 180.000 quintaux de tabac en feuilles.                                                                             
    Les fabriques d’huile d’olives exportent 130.000 quintaux d’huile.


   Les mines et l'industrie chimique. 
   En 1954,  14 milliards de chiffre d'affaires, 6.000 ouvriers.
     - superphosphates dans 3 usines de la SAPCE (Maison-Carrée, Bône, La Sénia) par traitement des phosphates à l'acide                     sulfurique, au total 100.000 tonnes.
     - engrais composés par les potasses d'Alsace, à Alger.
     - sulfate de cuivre à Bône et La Sénia représentant le tiers des besoins
     - soufre assuré par 3 usines.
     - soude et chlore depuis 1949, dans la banlieue d'Alger.
     - peintures et encres, résines synthétiques, vernis, 17.000 tonnes par 23 établissements, colles fortes, essence de térébenthine.
     - explosifs chloratés et nitratés, 4 usines.
     - l'inustrie des allumettes comprend 2 usines importantes, l'une à Alger, l'autre à Bône avec 680 ouvriers.

   Datant de 1874, la firme Caussemille fabriquait des allumettes exportés dans toute l'Afrique du Nord et en Corse.

                                                                     Production industrielle                                               

 
      Production       1952      1955
     
Acier laminé           27.566 t          30.914 t
Emballage en fer blanc            6.205 t            5.787 t
Fils et câbles isolés            4.780 t            4.637 t
Fils de cuivre nus            3.535 t            3.754 t
Acide chlorydrique               855 t               837 t
Superphosphates         109.106 t         117.635 t
Peintures            5.425 t            7.969 t
Allumettes  185.000.000 boites 215.000.000 boites
Acide sulfurique des chambre           62.738 t          71.686 t
Soude            1.642 t            2.595 t
Chlore               936 t            1.586 t
Huiles raffinés            20.075 t          32.504 t
Savons           12.162 t          13.981 t
Verres creux            7.872 t          10.200 t
Ciment         484.758 t        655.244 t
Papier, Carton           15.825 t          27.959 t
     
     


       Khouribga phosphates    Oran soufre
             Khouribga - Usine de phosphate.                                                                Oran - Usine de soufre

    Métallurgie

                                                    Evolution de certains produits entre 1938 et 1952-53
 
    1938      1952-53
Aciers laminés(La Sénia) 1.274 t          27.566 t
Tréfileries cuivre et aluminium     0            3.843 t
Fils et câbles isolés    350 t            4.764 t
Articles de ménage en aluminium     0               241 t
Emballages fer blanc (Gué de Constantine) 1.600 t            6.500 t
Fûts métalliques (Gué de Constantine)    0    68.737 unités
Matériel agricole 3.000 t            5.300 t
Wagons (Bône)     0        235 unités
Segments de pistons et chemises moteurs     0                 48 t
Radiateurs     0                 80 t
Accumulateurs     0     20.000 unités
Electrodes de soudure (Cie Air Liquide Alger)   160 t             1.015 t
Postes téléphoniques     0            10.800 t
     

    L'Algérie fabriquait de nombreux articles pour l'usage intérieur et même l'exportation, dans 3.000 établissements, qui employaient au total 25.000 salariés:
   - 30 fonderies, 600 à 800 tonnes de fonte, 800 à 1.200 tonnes d'acier, 3 à 400 tonnes de métaux non ferreux.
     Tréfilage de l'acier (grillages, toiles et clous), industries du plomb, 4.000 tonnes de tuyaux, une chaudronnerie avec         5.000 tonnes de modèles en acier, cuivre ou aluminium, de l'alambic à la cuve et la benne.

  Rajout 30 mai 2017

   Après la guerre de 39/45 l’Algérie s’est orienté vers la métallurgie, dans une certaine mesure. Six établissements produisent 3 à       4.000 tonnes de charpente métallique. 

  Mineraies
   En 1930, la production de phosphate était de 800.000 tonnes dont 700.000 sont fournies par le gisement du Kouif, exploité par la Compagnie des Phosphates de Constantine. Trois autres gisements situés au Sud Ouest de Sétif, ceux de Mzaïta, de Tocqueville et de Bordj-Redir ne donnent que de faibles quantités. Un gisement trés important et trés riche, celui du Djel Onk renferme plus de 300 millions de tonnes.

       Phosphates du Kouif    Mine de fer
                 Phosphates du Kouif - Constantine                                                          Mine de fer de Breira    
                       
    Les gisements qui fournissent les plus forts tonnages de minerais de fer se trouvent soit entre Oran et Nemours, soit à la frontière algéro-tunisienne. Les gisemenst de Béni-Saf, Baroud, Sidi-Safi, Sebabna, Bab-Mteurba, Dar-Rih produisent prés de 600.000 tonnes.
   Grâce à la modernisation des entreprises les minerais de fer ont dépassé en 1953 avec 3.400.000 tonnes, le niveau de 1950 (2.573.000t).
   De même les phosphates ont atteint  757,8 tonnes en 1954 contre 684,7 tonnes en 1950.

                                                       Productions minières en milliers de tonnes.

 
Minerais  1950 1951 1952 1953 1954 1955
             
Houille 258 247 269,4 303 303 302,5
Minerai de fer 2.573 2.823 3.092 3.364 3.000 3.600
Pyrites de fer 25,1 31,4 25,2 29,8 33 20,6
Zinc 16,5 22 25,4 34,6 50,3 58
Phosphates 684,7 776,6 702,6 602,8 757,8 757,5
             

    Matériaux de constructions
   Dés 1931, les usines de la Pointe-Pescade, de Rivet, de Bougie et d'Arcole, produisent 45.000 tonnes de ciment et 15.000 tonnes de chaux.
  On trouve de nombreuses briqueteries (2.000 ouvriers), des fabriques de carrelage et de faïenceries.
  Aprés 1945, l'expansion dans le secteur du bâtiment était flagrant. Trois cimenteries dont les deux trés modernes de Pointe-Pescade et Rivet dans l'Algérois et celle de Saint Lucien prés d'Oran étaient en mesure de doubler leur production et d'assurer au pays son autonomie, de même pour les fours à chaux (73.000 tonnes) et 43 briqueteries-tuileries, plaques et tuyaux d'amiante, ciment fabriqués à Oran et au Gué de Constantine, tuyaux de ciment pour les irrigations des barrages.

                                                                   Evolution entre 1938 et 1952-53                                                                        
            1938            1952
     
Ciment               84.015 t                   484.788 t
Briques             150.000 t                   285.000 t
Tuiles 8.274.000 unités      23.123.000 unités
Tuyaux d'amiante-ciment               0             14.296 unités
     

      Bougie chaux & ciments     Civet chaux & ciments
                Bougie - Usine des Chaux et Ciments.                                                Civet - Usine des Chaux et Ciments.

  Les Ports     (source:  Les Souffrances secrètes des Français d'Algérie)

   " Trois ports aménagé par la France, dix accessibles aux cargos, cinq desservis par paquebots réguliers. A Alger sur le quai du port a été construit la gare ferroviaire en 1865. Dès 1886 le port d'Alger concurrence les ports de Gibraltar et Malte pour le ravitaillement en charbon des navires. Dès le début de l'ère du mazout, ce sgment de jetée fut équipé en réservoirs d'une capacité de
125 000 tonnes, devenant le principal dépôt d'hydrocarbures méditerranéen. En 1952,  1270 navires se ravitaillèrent à cette station service.
   
13 000 entrées et sorties - 36 par jour totalisèrent en 1913 près de 20 millions de tonnes, à peine moins que Marseille.

   Après les deux guerres mondiales, Alger fut le triosième port français par le traffic et le mouvement des passagers (450 000 annuellement).  En 1935,  8350 navires, 14 millions de tonnes dont 2 relâcheurs ayany embarqué 600 000 tonnes de charbon.

   Entre 46 et 52 le traffic oscillait en peu au-dessous de 4 millions de tonnes.

           Alger la gare et le port     Port d`Oran
               Alger  le Port et la Gare.                                               Oran le port.


  Rajout: du 02 juin 2017  (source Cahiers du Centenaire de l'Algérie) 
  En 1930
  "Alger est un grand port de commerce, le second des ports français pour le tonnage de jauge (près de 20 millions de tonnes en 1914) ; le cinquième pour le tonnage métrique, derrière Rouen, Marseille, Le Havre et Bordeaux (3 millions 600.000 tonnes en 1914).
Il est rattaché à Port-Vendres et surtout à Marseille par un service quotidien de paquebots rapides, aménagés pour voyageurs. Oran suivait de près.
  Dans le premier semestre de 1930 et dans l’ensemble de l’Algérie « le tonnage des marchandises embarquées et débarquées a été de 5 millions 825.000 tonnes en  1929, contre 5 millions 240.000 tonnes en 1928. Augmentation de 585.000 tonnes.
  « Le port d’Oran y était représenté, en 1929, par 1 million 848.000 tonnes et celui d’Alger par 1.629.000 tonnes. La différence entre les deux ports
était déjà sensible. Au titre de la navigation de relâche et de ravitaillement. Oran représentait 1.374 navires d’un tonnage de 3.235.000 tonnes, Alger, 599 navires pour un tonnage de 1.513.000 tonnes. »

   
Postes et Télécommunications.
   Les Services Postaux fut mis en place dès 1831.
   En 1953,  829 bureaux et 273 agences, avec 15 000 facteurs assuraient les distributions du courrier.
  La Poste aérienne fonctionna dès mars 1926. Quant aux télécommunications, les transméditerranéennes dispoaient de 6 cables
 sous-marins,  4 voies radio-électriques, un faisceau hertzien de Grâce à Bugeaud (près de Bône), les Sahariennes de 2 cables souterrains et 4 faisceaux hertziens (en 1961).
  En 1953 il existait,  15 Centraux et 117 000 postes téléphoniques.

  Rajout  le 29 mars 2019

  Pendant les 20 premières années de la présence française en Algérie, les services de la Poste furent assurés en Algérie par la trésorerie de l'armée. Les correspondances traversaient la Méditerranée également avec quelques passagers civils. En 1860, la Poste fut séparée des services de l'armée et confiée au Gouvernement Général de l'Algérie. En 1880 la Poste futrattachée à l'Administration métropolitaine.
   
   En 1896, les services des Postes auxquels avaient été adjoints ceux du Télégraphe en 1878 et des Téléphones en 1889, furent placés sous l'autorité au Gouverneur Général.
   En 1930 le nombre des bureaux de Postes s'élevait pour toute l'Algérie à 683.
   Le nombre de correspondances transportés est passé de 49 millions en 1914 à 89 millions en 1926.

  Rajout le 29 mars 2019
  Le Télégraphe

  En 1830, le télégraphe à bras inventé par Chappe et qui consistait en la transmission de signaux mécanique répétés de poste en postes, fonctionnait déjà à travers la France depuis 30 ans.
  Il fut installé à Alger en 1842 pour les besoins de l'Administration militaire. Des lignes de postes furent créées d'abord, vers le Sud, puis vers l'Ouest. Douze ans après sa mise en place il comprenait un réseau de près de 1500 km.
  Les premières lignes de télégraphe électrique furent installées à partir de 1854, d'Oran à Mostaganem, d'Alger à Médéa, de Constantine à Philippeville.
  En 1878, le service du télégraphe fusionna avec le service de la Poste.
  En 1930, tous les bureaux de Postes étaient pourvus du télégraphe, deux types d'appareils étaient utilisés l'appareil Baudot ou l'appareil Morse. Dans les territoires du Sud, les fils télégraphiques ne desservent que les oasis, Colomb-Béchar, Ghardaîa, Ouargla, d'autres situées plus au Sud sont reliées à l'Algérie et entre elles par la 
 télégraphie sans fil.
  Suite à la pose du cable de Bône - Marseille, les premières communications régulières eurent lieu le 1er août 1870. Depuis, six autres cables furent posés par la France, quatre entre Marseille et Alger (en 1871, 1879, 1888 et 1913) le cinquième entre Marseille et Oran (1892) le dernier entre Marseille et Philippeville (1925).

  Ces cables sont équipés de l'appareil imprimeur Baudot-Picard, de plus depuis 1923 le système Duplex permettait  d'utiliser chacun d'eux simultanément dans les deux sens.

 " la progression du nombre de télégrammes échangés par les bureaux algériens donne une idée de l'importance et du développement du traffic télégraphique en Algérie.
               -   5..717.000 télégrammes en 1900 
               -  11.054.000  télégrammes en 1911
               -  11.854.000  télégrammes en 1912

   Enfin, 13.154.000 télégrammes en 1928 dont:
              -  7.000.000 intérieurs.
              -  4.500.000 Franco algériens.
              -  1.650.000 internationaux.
   Le service de presse donne lieu à un échange quotidien de plus de 90.000 mots"   

 
    Le Téléphone
  Le service téléphonique fut au départ, en 1882, exploité par une Compagnie privée, la Société Générale des Téléphones qui installa et exploita les réseaux d'Oran et d'Alger.
  En 1889, ce réseau fut pris en charge par l'Administration des P.T.T.
  En 1900, 1910, 1920 et 1928 la longueur des lignes est passée de 469 km à 11.600, à 21.750 et à 94.400 pour 1928. Le nombre d'abonnés de 735 à 4650, à 10.900 et à 22.600 pour 1928, dont la moitiié dans le département d'Alger. Le nombre de communications entre abonnés s'est élevé pour 1928 à 41 millions 900.000 et celui des communications inter-urbaines à 17 millions 900.000.
 
  Dans les Territoires du sud, les lignes téléphoniques ne descendaient pas au-delà de Colomb-Béchar, Ghardaîa et Ouargla en 1928.
  Sur la proposition du Gouverneur Général, les assemblées financières ont adopté un vaste programme de transformation du réseau téléphonique par l'amélioration de l'outillage et 
  des circuits. L'outillage manuel fut partout remplacé par l'automatisme, dans les ca mpagnes comme dans les villes.
 
  Un câble téléphonique souterrain fut installé de la frontière du Maroc à celle de la Tunisie passant par Oran, Alger et Constantine.
  La longueur des circuits inter-urbains qui était de 22.270 kilomètres fut porté à 100.000 kilomètres dont 35.000 km aériens et 65.000 souterrains en 1931.


 

 

                


à suivre....

 



 
 
 



Créer un site
Créer un site